Association Française des Assistants Réalisateurs de fiction

INTO THE WILD - Réal. Sean Penn

25 avril 2008


Deux ans à parcourir le monde. Une aventure humaine, un voyage au bout de soi-même.


Je viens de découvrir ce film en DVD, en séance de rattrapage en quelque sorte (pour mémoire sorti en janvier 2008). Si ce n’est l’avis de quelques copains, je n’avais pas d’autres détails en mémoire. J’étais juste motivée par le thème et par la qualité du réalisateur.

Résultat : ce film me hante depuis que je l’ai vu, ses images, sa musique son scénario. Tout continue de résonner en moi. J’adore ces récits qui nous font une piqûre de rappel sur ce qui est essentiel dans la vie et nous proposent des pistes pour méditer sur notre propre existence. Car c’est exactement ce que j’en ai tiré.

Je ne vais pas m’étendre sur tout ce qui enchante le spectateur mais juste le mentionner rapidement pour motiver ceux qui ne l’ont pas encore vu. On est forcément captivé par la beauté des images, l’alliance magique avec la musique, la manière dont le récit avance (les flashbacks imbriqués), l’incarnation magnifique du héros par le jeune Emile Hirsh. Et on prend de plein fouet la critique de nos modes de vie et de notre société de consommation, la vision étriquée des hommes sur la vie en général, comme par exemple celle des parents concernant la vie de leur enfant.

Comme dans tout film (toute œuvre d’art), chacun comprend ce qu’il veut, ce qu’il peut. Nous savons bien que nous sommes tous un filtre unique par lequel passe le récit. Et c’est encore plus flagrant avec celui-ci. Souvent, les gens m’ont dit avoir trouvé Chris (le héros) égoïste et égocentrique, ayant agi comme un enfant gâté, un triste rebelle qui abandonne tout et se plante totalement. Il choisit de quitter sa famille, punit ainsi ses parents par son silence, laisse seules toutes les personnes qui s’attachent à lui sur son chemin et agit de manière irresponsable, se croyant plus fort que la nature. Quelle frustration pour certains !

Personnellement, le périple de Chris McCandless ne m’a rien inspiré de tel, bien au contraire. Cette phrase qu’il prononce dans le film m’a guidée vers une autre compréhension : « Plutôt que l’amour, la célébrité, la foi, l’argent, la justice, donnez-moi la vérité ». J’ai donc vu dans ce film :
- l’exemple d’une liberté grisante qui autorise à se libérer de toutes les contraintes modernes (qui n’a pas déjà rêvé de tout quitter ?) ;
- un voyage initiatique, dont les étapes sont au moins aussi importantes que sa finalité ;
- l’histoire d’un jeune homme qui pense pouvoir se trouver lui-même en se confrontant à la nature sauvage et qui réalise finalement d’où vient son bonheur ;
- une sorte de réponse à la confusion humaine et même une philosophie de vie.

Chris est curieux de tout et de tous, ouvert à chaque expérience inédite, à chaque émotion qui surgit, sans peur, sans limite. C’est ainsi qu’il illumine la vie des personnes croisées sur sa route, leur faisant comprendre que le bonheur est en chacun de nous, qu’il vient des hommes et non de l’aspect matériel de la vie. De plus, si l’on extrapole au sens divin (ce que Sean Penn fait à plusieurs reprises), son passage sur terre n’a pas été inutile puisqu’il a pu transmettre son message à ceux qui l’ont connu et, par extension, à tous ceux qui auront compris ses choix au travers du livre et du film tirés de son histoire. Mais encore faut-il accepter que la mort d’une personne, qui a tout pour elle, puisse être utile à l’humanité.

« Le bonheur est dans tout, […] même dans les petites choses du quotidien ; il suffit juste de changer de point de vue ».

J.L - Nov 08


Film sorti en France en Janvier 2007

PARTAGER :

publicités

Profils mis à jour

Valérie PAILLARD

2e assistante réalisateur


Estelle CHAUVIN

2e assistante réalisateur


Laure MONRRÉAL

1ère assistante réalisateur


Olivia DELPLACE

2e assistante réalisateur


Pierrick VAUTIER

1er assistant réalisateur


Articles récents


© AFAR 2017 | contact | espace membres | Plan du site | charte | crédits
site réalisé avec le concours de la Commission du Film d'Île-de-France et du CNC