Association Française des Assistants Réalisateurs de fiction

L’emploi intermittent dans le spectacle au cours de l’année 2016

28 août 2017 | par AFAR

En 2016, l’emploi des intermittents du spectacle concerne 261 652 salariés (+3,3% par rapport à 2015) et génère 2,3 milliards d’euros de masse salariale pour un total de 103 millions d’heures travaillées.

Dès la première page de son analyse annuelle, Pôle Emploi met à nouveau en avant l’augmentation du nombre d’intermittents, passant de 253 280 en 2015 à 261 652 en 2016, soit une hausse de 3,3%.

IMG_0125

De la définition du nombre d’intermittents

Il est impératif de garder en tête que pour Pôle Emploi, le nombre de salariés intermittents du spectacle comprend tous les artistes, ouvriers et techniciens du spectacle engagés en CDD, notamment en CDD d’usage, qui ont travaillé au moins une heure au cours de l’année pour un ou plusieurs employeurs relevant du champ d’application des annexes 8 et 10 de l’Assurance chômage.
Ce nombre inclut donc les intermittents indemnisés au titre de ces annexes, mais également tous les autres salariés intermittents qui effectuent au moins un contrat de travail dans le champ spectacle.

Le nombre d’intermittents présenté est donc le nombre de personnes ayant cotisé au régime spécifique d’assurance chômage, et non le nombre de personnes indemnisées par celui-ci.

Analyse de l’augmentation

Parler simplement de l’augmentation du nombre de cotisants sans avoir les chiffres du nombre de personnes effectivement indemnisées n’offre que peu d’informations.
Avant la publication de ces chiffres qui permettront de compléter cette analyse, voici un graphique plus détaillé concernant l’évolution du nombre de salariés intermittents en fonction du nombre d’heures effectuées.
Rappelons que le seuil pour prétendre à une indemnisation est de 507h de travail sur une année.

** Les chiffres de 2014 sont une estimation basée sur un graphique de Pôle Emploi **

Comme en 2014 et en 2015, près des 2/3 des intermittents (62%) n’atteignent pas le nombre d’heures nécessaires pour prétendre à une indemnisation (ARE), à savoir 507 heures de travail déclarées sur l’année.

On distingue que l’augmentation du nombre de salariés intermittents entre 2015 et 2016 correspond en fait à :

  • une hausse du nombre de personnes (+5136) n’arrivant pas à effectuer 507h de travail sur l’année (et en particulier celles ayant effectuées 24h ou moins de travail qui représentent 28% de l’effectif total !), soit les personnes qui cotisent sans pouvoir prétendre à une (future) indemnisation
  • une hausse du nombre de personnes (+4733) ayant effectué plus de 720h de travail, soit les personnes qui en théorie cotisent le plus, ont le plus de carences (franchises) et le moins de jours indemnisés.

Le nombre de personnes ayant effectué entre 507h et 719h est quant à lui en baisse (-1517).

Cette hausse du nombre d’intermittents (de cotisants) devrait donc être une opération plutôt transparente pour l’UNEDIC (voir se traduisant par une légère augmentation des recettes ?).


Voir en ligne : L’#emploi #intermittent en 2014 : de la mauvaise interprétation du nombre d’intermittents



PARTAGER :

publicités

Profils mis à jour

Benoît BARAQUIN

2e assistant réalisateur


Valérie PAILLARD

2e assistante réalisateur


Estelle CHAUVIN

2e assistante réalisateur


Laure MONRRÉAL

1ère assistante réalisateur


Olivia DELPLACE

2e assistante réalisateur


Articles récents


© AFAR 2017 | contact | espace membres | Plan du site | charte | crédits
site réalisé avec le concours de la Commission du Film d'Île-de-France et du CNC