Association Française des Assistants Réalisateurs de fiction

Rapport mission intermittence du 7 janvier 2015 : BATIR UN CADRE STABILISE ET SECURISE POUR LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE

7 janvier 2015 | par AFAR
afar.cc/1975

Hortense Archambault, Jean-Denis Combrexelle et Jean-Patrick Gille ont remis ce matin à Matignon leur rapport « BATIR UN CADRE STABILISE ET SECURISE POUR LES INTERMITTENTS DU SPECTACLE » au Premier ministre, Manuel Valls.


Le rapport complet ainsi que sa synthèse est disponible sur le site du Député Jean-Patrick Gille : http://www.jean-patrick-gille.fr/20...

SYNTHESE DU RAPPORT :

1- Bâtir une politique de l’emploi dans le spectacle vivant et enregistré

Si le contrat à durée déterminée d’usage (CDDU) caractérise le champ de l’intermittence, alors qu’il représente environ la moitié des emplois du spectacle vivant ou enregistré, il ne doit pas devenir l’horizon indépassable du salariat dans le secteur culturel. Il s’agit d’abord d’un contrat temporaire qui n’a pas vocation à devenir la règle.

Certains abus persistent même s’ils sont bien moindres que ce que les médias en disent. Ils sont de plusieurs types :

  • Absence d’application ou de respect des conventions collectives ou des accords sur le recours aux CDDU ;
  • Sous-déclaration du travail qui considère l’indemnisation du chômage comme un revenu de complément et non comme le revenu de remplacement qu’elle a vocation à être ;
  • Incohérence de l’État et des collectivités locales qui subventionnent de manière récurrente des projets sans vérifier que leurs financements sont réunis.

Il est donc nécessaire de responsabiliser l’ensemble des acteurs du secteur sur l’usage du CDDU et le financement du régime spécifique d’assurance chômage qui en est le corollaire.
Cela suppose :

  • d’une part, un meilleur encadrement du CDDU : à travers les conventions collectives et à travers une négociation interbranches du secteur professionnel aboutissant éventuellement si cela s’avérait nécessaire à légiférer sur un CDDU spectacle (durée minimum et maximum, nécessité de rattachement à une liste des métiers….)
  • d’autre part, la mise en place d’un fonds pour l’emploi, permettant à ce secteur économique de demeurer en croissance malgré les difficultés liées à la crise.

Ce fonds dont l’usage serait négocié avec les acteurs du secteur et porterait en priorité sur la structuration du secteur (passage de CDDU en CDI notamment pour les TPE, aide à la mutualisation…) et sur l’emploi artistique (développement de la permanence artistique, allongement des contrats artistiques ou autres dispositifs vertueux tels celui expérimenté par la plateforme des Cafés-Cultures). Il pourrait être financé par l’État, dès lors qu’un nouvel accord d’assurance chômage serait trouvé sur les annexes 8 et 10 et que les crédits prévus pour compenser le différé pourraient avoir une nouvelle destination.

Par ailleurs, les emplois artistiques devraient pouvoir entrer dans les dispositifs d’exonérations de cotisations mis en place par le gouvernement dans le cadre du pacte de responsabilité, mais cela suppose de revisiter les abattements spécifiques au secteur.

2- Garantir un système d’indemnisation du chômage adapté aux métiers du spectacle : en consacrer le principe dans la loi et instaurer une nouvelle méthode de dialogue social

La discontinuité de l’emploi et la précarité qui découlent du CDDU doit être prise en compte par un régime dérogatoire de l’assurance chômage. Son principe serait garanti par la loi qui sanctuariserait, moyennant le respect de certains équilibres et exigences, son existence afin d’empêcher leur remise en cause à chaque négociation.

La loi devrait aussi faire obligation aux partenaires sociaux négociateurs et gestionnaires de l’Unédic de consulter le secteur professionnel concerné pour définir les règles des annexes 8 et 10 après en avoir arrêté le cadre financier.

Elle instaurerait ainsi une nouvelle méthode de gouvernance fondée sur la responsabilité des acteurs. Le rôle de l’État est de garantir l’effectivité et la loyauté du processus.

3- Adapter les règles des annexes 8 et 10 : outils et réflexions pour une future négociation

La mission a constitué un groupe d’experts qui a mené des travaux de chiffrage et proposé des méthodologies. Le système est complexe, les paramètres sont multiples et l’articulation des effets entre eux signifiante. La bataille des chiffres peut donc cesser, l’ensemble des propositions ayant été étudiées.

Des pistes nouvelles sont apparues. Certains préjugés sont tombés, rendant notamment envisageable le retour à un système de date anniversaire. Les propositions d’une partie de la profession ne sont pas fantaisistes, même si aucun système alternatif ne fait aujourd’hui consensus.

Les futures négociations bénéficieront de ces outils et réflexions. La mission du groupe d’experts doit être reconnue et se poursuivre pour accompagner et finaliser les échanges.

Enfin, la mission alerte sur les problèmes créés par la généralisation des droits rechargeables qui peut empêcher l’entrée des personnes qui ont ouvert des droits au régime général dans les annexes 8 et 10.

4- Sécuriser les parcours professionnels et améliorer la protection sociale adaptée à la discontinuité de l’emploi

La spécificité de l’intermittence doit être mieux prise en compte pour préserver l’ensemble des droits sociaux. Le secteur professionnel a déjà élaboré plusieurs accords innovant notamment sur la santé, ou la formation permettant d’adapter les droits sociaux et de sécuriser les parcours professionnels. Des progrès restent à faire pour répondre à la spécificité de l’exercice de certains métiers, notamment dans les situations de maternité ou de longues maladies.

Les rapports entre les salariés et Pôle Emploi, essentiellement dans l’interprétation des règles et l’absence de rapprochement entre les conventions collectives et la convention chômage, sont très dégradés.

La mission a mis à jour cet état de fait et préconise la mise en place de quelques mesures :

  • avec Pôle Emploi : comité de liaison, ligne dédiée, recours au médiateur ;
  • avec le GUSO, réunion et pilotage institutionnel, possibilité de contrôles orientés davantage sur les employeurs que sur les salariés.

Conclusion

Le document élaboré par la mission ne se veut pas être un « énième » rapport proposant une réforme « clé en main » de l’intermittence. Néanmoins, il propose une méthode, fondée sur le dialogue social, expérimentée au cours de la mission mais qui reste à finaliser. Nous considérons nos travaux non comme l’aboutissement d’un processus mais comme une étape nécessaire pour créer les bases d’un dialogue apaisé et plus fructueux.
La mission a d’abord initié une méthode de concertation qui, dans son principe, doit être poursuivie et formalisée. Des pistes ont été explorées (droits sociaux des intermittents), des systèmes d’expertise ont été initiés et modélisés. Enfin, et c’est l’objet même de cette mission, une « boite à outils » a été constituée de façon à donner à tous les acteurs et responsables de ce dossier des outils permettant de rechercher une organisation et des règles stabilisant le secteur, ses entreprises et ses salariés. La pérennité et la sécurité du système doivent, elles, être garanties par la loi.
Les questions posées ne relèvent pas que de solutions techniques. Leur résolution suppose des choix clairs assumés avec courage par l’ensemble des acteurs chacun à leur niveau. Aucun secteur n’est en situation de créance vis-à-vis de l’autre, chaque acteur peut et doit être en situation de responsabilité.

A chacun ses tâches et sa responsabilité :

  • l’État doit légiférer pour garantir le système dans le respect des prérogatives des partenaires sociaux, renforcer sa responsabilité sociale d’employeur et de financeur et mettre en place un fonds pour développer l’emploi ;
  • l’interprofession et les signataires de l’accord d’assurance chômage doivent réexaminer les annexes 8 et 10 en concertation avec l’interbranches sans se sentir déjugés et sans que les équilibres de la convention d’assurance chômage soient remis en cause ;
  • l’interbranches du secteur de la culture peut s’affirmer en faisant la démonstration de sa capacité à produire des règles responsables et équitables ;
  • les 9 branches professionnelles à travers les conventions collectives, doivent réguler le recours aux CDDU et son périmètre ;
  • les organismes gestionnaires dans l’application concrètes des mesures prises doivent améliorer la délivrance de leurs prestations en associant les usagers à leur mise en oeuvre ;
  • les employeurs et les salariés doivent partager une culture de la déclaration.
PDF - 420.3 ko
Rapport mission intermittence du 07 janvier 2015

Voir en ligne : Synthèse complète sur le site de Jean-Patrick Gille

PARTAGER :

publicités

Profils mis à jour

Emmanuel GOMES DE ARAUJO

1er assistant réalisateur


Andréas MESZAROS

1er assistant réalisateur


Jérémie STEIB

1er assistant réalisateur


Alice DAUTCOURT

3e assistante réalisateur


Laure DE BUTLER

membre associée


Articles récents

1 COVID19, cinéma, audiovisuel, annulations de tournages, activité partielle, indemnisation, allocation chômage... les dernières informations concernant les intermittents
27.11.2020 || Actualités Générales

Cet article recense et recensera les informations et annonces importantes concernant les intermittents ...

2 Intermittents : reporter ses heures de DIF sur son compte personnel de formation CPF
26.10.2020 || Actualités Générales

Vous avez jusqu’au 31 décembre 2020 30 juin 2021 pour reporter votre solde d’heures de DIF sur votre Compte ...

3 Livre blanc du Collectif 50/50 : Guide pour la prévention et la lutte contre le harcèlement sexuel & les violences sexistes et sexuelles dans l’audiovisuel et le cinéma
28.11.2020 || Actions

Le collectif 50/50 vient de publier un Livre blanc, guide pratique destiné à tous les professionnels du ...

4 Point sur la compatibilité de MovieMagic et movieDATA avec macOS Catalina 10.15
25.10.2020 || Actualités Générales

Avec la sortie hier lundi 7 octobre de la version finale de macOS Catalina 10.15, voici un point ...

5 Documentation et recommandations concernant les différentes formes de harcèlement au travail (maj)
27.11.2020 || Actions

Cet article répertorie plusieurs documents (officiels et associatifs) concernant les différents types de ...

6 Documents essentiels et officiels pour organiser un tournage dans le respect des recommandations sanitaires liées à la pandémie de COVID19
30.10.2020 || Actions

Les documents du Ministère du Travail (Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés ...

 


© AFAR 2020 | contact | espace membres | Plan du site | charte | mentions légales | cookies
site réalisé avec le concours de la Commission du Film d'Île-de-France et du CNC